Actualités

L'apprentissage :

 
 
L'apprentissage : Une solution d'avenir pour la croissance, la compétitivité et l'emploi

65 % des apprentis trouvent un emploi en CDI à l’issue de leur formation ce qui représente un taux d’emploi plus élevé que celui des jeunes ayant suivi une formation « classique ».

Pour les entreprises qui font face à des enjeux de recrutement, de renouvellement de génération ou de pénurie de compétences, l’apprentissage est également une solution à court et à long terme. C’est un contrat fidélisant pour 82 % des employeurs et 3 chefs d’entreprise sur 4 jugent que le coût de l’apprentissage est compensé par sa valeur ajoutée.

Plus de financements

À partir de 2015, une plus grande part de la taxe d’apprentissage sera fléchée pour le développement de l’apprentissage au bénéfice des Centres de Formation d’apprentis (CFA).

Des primes et des aides financières pour les employeurs

  • Exonération de cotisations sociales.
  • Primes à l’apprentissage :
    •  1 000 euros pour l’aide à l’embauche d’un apprenti dans les entreprises de moins de 250 salariés (si c’est la première fois que l’entreprise embauche un apprenti ou si elle en recrute un supplémentaire). À partir de la rentrée 2015, l’aide sera conditionnée à la signature d’un accord de branche fixant des objectifs en matière de développement de l’apprentissage.
    • 1 000 euros supplémentaires versés par les régions au titre de prime aux entreprises de moins de 11 salariés ;
  • Aide « Contrat de génération » (4 000 euros par an pendant 3 ans) :
    • à l’issue de la période d’apprentissage, le jeune apprenti doit être recruté dans une entreprise de moins de 300 salariés comptant au moins un salarié âgé de plus de 57 ans (ou un salarié recruté âgé d’au moins 55 ans).
  • Crédit d’impôts :
    • 1 600 euros (2 200 euros pour les apprentis handicapés) pour la première année d’une formation de niveau III ou inférieure (BTS, DUT, BAC, CAP…) ;
    • déduction fiscale de taxe d’apprentissage pour les entreprises de 250 salariés et plus qui dépassent le seuil de 4 % (5% au 1er janvier 2015) de contrats favorisant l’insertion professionnelle : contrats d’apprentissage, de professionnalisation, embauche d’un doctorant en Convention Industrielle de Formations par la Recherche (CIFRE) et Volontariat International en Entreprise (VIE).

POURQUOI FAIRE LE CHOIX DE L’APPRENTISSAGE

L’apprentissage, c’est la possibilité de poursuivre des études tout en apprenant un métier sur le terrain. En apprentissage, les jeunes de 16 à 25 ans suivent une formation théorique en CFA et bénéficient des savoir-faire de l’entreprise qui les emploie.

Des formations par apprentissage existent aujourd’hui dans tous les secteurs et de nombreuses entreprises recrutent. Elles permettent d’obtenir en 6 à 24 mois des formations allant du CAP à Bac +5.

L’agriculture, l’agroalimentaire, l’artisanat, le BTP, le secteur de l’hôtellerie-restauration, mais aussi l’assurance, la banque, l’informatique ou les télécoms offrent régulièrement des opportunités pour démarrer une formation en apprentissage.

L’apprentissage pour s’assurer un avenir professionnel

  • Une formation solide en Centre de Formation d’Apprentis, qui permet d’apprendre les fondamentaux théoriques et pratiques de son métier.
  • Une formation pratique en entreprise où l’on bénéficie des conseils et de l’accompagnement de professionnels aguerris. C’est aussi la possibilité de justifier d’une expérience professionnelle dès la fin de ses études et d’augmenter ses chances de trouver un emploi.
  • Un vrai salaire (entre 25 et 78 % du SMICSalaire minimum interprofessionnel de croissance) qui permet de commencer à être financièrement indépendant avant même d’avoir terminé sa formation initiale. C’est aussi un gage d’autonomie offrant un meilleur accès au logement et au crédit bancaire.
  • Un vrai statut qui permet de bénéficier d’une carte étudiant et de ses avantages (cinéma, transports...).
Visuel apprentis

Pour les entreprises : l’apprentissage, un pari d’avenir

  • Un salarié qui progresse quotidiennement et qui après une période de formation en début d’apprentissage pourra être rapidement productif dans l’entreprise.
  • Un futur collaborateur, qui sera formé à la culture et aux méthodes de travail de l’entreprise. En formant un apprenti, l’employeur s’assure de pouvoir recruter, en fin d’apprentissage, un salarié dont il connaît la qualité. C’est aussi une solution pour préparer la transmission de son entreprise.
  • Des aides à l’embauche : prime à l’apprentissage, exonérations de cotisations sociales, crédits d’impôts, etc.

L’APPRENTISSAGE EN MAYENNE

Chaque année en Mayenne on compte l’embauche d’environ 1 500 apprentis. Cette année encore malgré les difficultés économiques ce chiffre devrait être atteint.

Les diplômes préparés sont à 54 % un CAP/BEP, à 27% un bac professionnel, bac + 2 pour 12% des apprentis et Bac + 3 et plus pour 7 %.

Dans les secteurs d’activité qui font le plus appel à l’apprentissage pour la formation des jeunes, on trouve :

  • La construction : secteur qui historiquement forme ses futurs salariés par l’apprentissage. En 2013, 24% des apprentis mayennais relevaient de ce secteur. En 2014 le chiffre s’annonce en baisse sensible (17 %).
  • L’industrie manufacturière : 24 %.
  • Le commerce : 19 %.
  • L’hébergement et la restauration  14 % des apprentis du département.

L'apprentissage, c'est votre avenir !

Mobilisation pour l'apprentissage : suivre le lien