Actualités

Aprochim : maintien d'une surveillance renforcée

 
crédits photo : Ouest France

crédits photo : Ouest France

Le 26 juin 2014, le préfet a proposé aux membres du CODERSTConseil départemental de l'environnement et des risques sanitaires et technologiques un projet d'arrêté complémentaire maintenant le dispositif de surveillance existant de l'usine Aprochim à Grez-en-Bouère.

Par arrêté complémentaire du 8 novembre 2013, le préfet fixait à l’entreprise Aprochim la mise en œuvre de nouveaux moyens techniques et organisationnels répondant aux conclusions et recommandations de la tierce expertise remise au mois d’août 2013. Cet arrêté prescrivait également le maintien d’un suivi renforcé de l’installation par la réalisation chaque mois de mesures à la sortie de la cheminée et par la mise en œuvre d’une surveillance des végétaux jusqu’au mois de juin 2014.

En réponse à ces obligations, l’entreprise Aprochim a fait procéder à des travaux complémentaires sur le site de Grez-en-Bouère et a mis en place un système de surveillance de ses dispositifs de filtration.

Depuis l’automne 2013, toutes les mesures réalisées à la cheminée principale respectent les valeurs limites fixées par l’arrêté préfectoral du 12 avril 2012 tant en concentration qu’en flux. Ces résultats ont été présentés au Conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques (CODERST) qui se réunit chaque mois en préfecture, et au Comité de suivi de site (CSS) qui s’est tenu le 20 juin 2014.

Au vu de la conformité des résultats à la cheminée, la surveillance aurait pu être allégée immédiatement.

Toutefois, les mesures réalisées dans les herbes dépassent encore parfois le seuil d’alerte dans la zone des 500 mètres autour de l’installation. Par conséquent, le préfet a soumis à l’avis des membres du CODERST un projet d’arrêté complémentaire maintenant le dispositif de surveillance existant jusqu’au 31 décembre 2014. Les membres du CODERST ont rendu un avis favorable avec 8 voix pour, 7 voix contre et 3 abstentions.

A compter du 1er janvier 2015, si les volumes traités par l’entreprise demeurent au même niveau, les mesures de surveillance à la cheminée se poursuivront à une fréquence trimestrielle. Cependant, si les volumes traités venaient à augmenter de manière significative, les mesures seront réalisées mensuellement afin de s’assurer du respect des valeurs limites dans ces conditions de fonctionnement.

En ce qui concerne les 500 mètres autour de l’installation, des travaux qui ont été prescrits par mise en demeure du préfet, ont été effectués par l’entreprise. Il convient maintenant de s’assurer que les dépassements dans les herbes vont disparaître, avant toute autre décision.

Les résultats des mesures continueront à être présentés au CODERST et à être communiqués sur demande effectuée via le site internet des services de l’Etat en Mayenne : www.mayenne.gouv.fr.